N°77
Nov./Dec. 2020
FEDERATION

FNAIM : « Réaffirmer notre position de tiers de confiance pour les consommateurs »

Rénovation énergétique, intermédiation, reconnaissance, congrès

Si la FNAIM salue l'ambition du Gouvernement en matière de rénovation énergétique, elle attend plus de clarification sur le dispositif MaPrimeRenov et un réel engagement de la part de la profession. Quant aux autres objectifs politiques et aux combats à poursuivre, Jean-Marc Torrollion - son président - les assure nombreux.

LES NOUVEAUX BARÈMES DE MAPRIMERÉNOV' VIENNENT D'ÊTRE PUBLIÉS. LE DISPOSITIF NE VA-T-IL PAS PARAÎTRE COMPLIQUÉ ET PEU INCITATIF ?

Au niveau individuel, la compréhension des aides va en effet demander un temps d'apprentissage et la liste des exigences du dispositif doit être ajustée. Certains points nous étonnent : je ne pense pas, en effet, que la promotion du bois soit une bonne idée pour lutter contre les GES, même s'il s'agit d'une énergie renouvelable. J'aurais aussi souhaité une enveloppe plus importante sur l'isolation par l'extérieur. Un bel effort est néanmoins fait sur la rénovation globale, en particulier pour le dernier décile qui ne bénéficie pour le reste que de peu. Sur ce point, nous souhaitons encore obtenir le doublement du déficit foncier imputable sur le revenu, dès lors que le montant des travaux est composé pour 40 % de travaux énergétiques éligibles à MaPrimeRenov. Cela n'a pas été pris en compte par l'Assemblée, nous reviendrons donc à la charge au Sénat. Pour les copropriétés, nous attendons le détail de l'assiette des travaux éligibles. Nous devons aussi être rapidement fixés sur la réforme des diagnostics de performance énergétique, élément de mesure indispensable pour la confiance des consommateurs. Enfin, nous souhaitons aussi que le dispositif soit étendu aux immeubles touristiques. L'enjeu est de taille, le secteur du tourisme étant déterminant dans notre PIB.

<h2>DE VOTRE CÔTÉ, VOUS AVEZ PRIS L'ENGAGEMENT DE FAIRE VOTER ET LANCER 50 000 CHANTIERS DE RÉNOVATION DE COPROPRIÉTÉ DANS LES TROIS PROCHAINES ANNÉES. DISPOSEZ-VOUS DE TOUS LES LEVIERS POLITIQUES POUR Y PARVENIR ?

Pas encore. Même si les annonces faites en faveur des copropriétés nous placent comme tiers de confiance et obligent les professionnels, certaines mesures pourraient être prises : accentuation de l'aide fiscale aux bailleurs, prise de décisions par le conseil syndical de faire réaliser les diagnostics techniques globaux, mis en place d'un plan quinquennal de travaux... À travers notre engagement – tout à fait réalisable parce qu'il ne représente que 10 % du parc locatif privé - nous souhaitons signifier qu'on peut agir massivement. Nous souhaitons aussi challenger notre profession pour prouver que nous sommes volontaires.

LA FFB (FÉDÉRATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT) DÉCLARE QUE LE PLAN DE RELANCE FAIT L'IMPASSE SUR LE NEUF EN ANGLANT LES MESURES PRINCIPALEMENT SUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE. PENSEZ-VOUS QU'UN EFFORT DOIT ÊTRE FAIT POUR SOUTENIR LA CONSTRUCTION ?

Bien que distinctes, ces politiques sont effectivement liées. Nous devons construire, mais nous devons surtout penser à un rééquilibrage des territoires et à la pérennisation de certains dispositifs en faveur du parc privé locatif dans le neuf, ainsi qu'à sa régénération. Le vrai problème, au-delà du soutien aux investisseurs, est aussi le financement des primo-accédants. Se pose donc la question des concours bancaires qui marquent le pas. Nous rencontrerons prochainement la FFB pour en débattre.

VOUS SOUTENEZ L'ARTICLE RELATIF AU DÉPÔT DE GARANTIE DANS LA LOI NOGAL. COMMENT RÉAGISSEZ-VOUS FACE AUX DÉCLARATIONS DE L'UNPI (UNION NATIONALE LA PROPRIÉTÉ IMMOBILIÈRE) QUI ACCUSE CERTAINS SYNDICATS DE VOULOIR DÉCLARER LA GUERRE AUX PROPRIÉTAIRES ?

Nous soutenons les propriétaires et nos intérêts sont les mêmes que ceux de l'UNPI. Il n'y a donc pas lieu de parler de guerre. Le Gouvernement considère que l'intermédiation est un facteur positif dans la relation entre propriétaires et locataires, et que nous sommes des tiers de confiance. Ce que nous défendons pleinement. L'UNPI semble penser que le propriétaire est affaibli s'il ne détient plus personnellement le dépôt de garantie. Je pense au contraire que l'intermédiation le réassure dans ses droits.

EN PARALLÈLE, LES SAGES VIENNENT DE DÉCLARER CONFORME À LA CONSTITUTION LE DÉCRET CADRANT LE DISPOSITIF DE PLAFONNEMENT DES RÉMUNÉRATIONS DES INTERMÉDIAIRES EN VENTE D'IMMOBILIER LOCATIF...

C'est un coup dur et une énième contrainte pour les professionnels. Avec l'AFIL (Association française de l'investissement locatif), nous y avons vu une atteinte au principe constitutionnel d'égalité devant la loi, car le dispositif ne soumet pas le coût des prestations commerciales accomplies sans intermédiaire à la règle du plafonnement. Il est aussi une atteinte à la liberté d'entreprendre parce qu'il conduit à entraver de manière disproportionnée la libre fixation des tarifs des professionnels. Pour la commercialisation du neuf, et surtout pour les petits promoteurs, cette décision est déconnectée des réalités économiques, au moment où le marché est en difficulté.

QUELS SERONT VOS PROCHAINS OBJECTIFS POLITIQUES ?

Nous avons d'abord une inquiétude sur la tenue des AG des copropriétés, la date butoir du 31 janvier 2021 qui les fait retomber dans un système d'assemblée classique n'étant pas tenable. L'échéance doit être reportée jusqu'au 30 juin 2021 pour que le syndic décide encore des modalités de leur tenue, et que l'on sécurise tous les immeubles arrêtés au 31 décembre. J'ai déjà alerté le Gouvernement sur ce point. Autre objectif : nous continuerons à nous battre pour que notre identité professionnelle soit reconnue avec Vesta. Ensuite, nous voulons réussir à engager la formation de la profession aux enjeux énergétiques, afin qu'elle demeure un interlocuteur de confiance auprès des consommateurs. Je souhaite également engager une féminisation des structures dirigeantes de la fédération et travailler à notre rapprochement avec l'UNIS. Nous devons aussi réfléchir à l'évolution de nos métiers - la digitalisation s'imposant de plus en plus – tout en veillant à ne pas perdre l'affectif de nos clients.

SUITE AUX ANNONCES DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, LES CONDITIONS POUR SE RÉUNIR SE DURCISSENT. LE CONGRÈS POURRAIT-IL DEVENIR DIGITAL OU TOUT DU MOINS « PHYGITAL » ?

Il sera effectivement phygital, avec une assemblée générale physique au Carrousel du Louvre, en partie à huis clos et en partie sous la forme d'un forum de débats diffusés en live. Emmanuelle Wargon fera son discours en présence de tous nos délégués, et les tables rondes se dérouleront physiquement comme prévu. Autour de cet évènement, le congrès proposera des workshops et des ateliers diffusés en live et en podcast afin de nous adresser à nos 10 000 points de vente.

Rédaction : Marie Herault, crédit photo : JM Torrollion DR

© 2020 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #77

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub