N°76
Sept./Oct. 2020
REPORTAGE

Le marché de prestige ne connaît pas la crise

Reportage

MOTS CLES : Haut de gamme, confiance, investissement

Pour l'immobilier haut de gamme, 2018 et 2019 ont été des millésimes d'importance. Qui l'eût cru, il en sera peut-être de même en 2020 et ce, malgré les conséquences économiques dues à la crise du Covid. Depuis le déconfinement en effet, l'activité du secteur est à la hausse avec une augmentation significative des signatures de compromis, de la part des investisseurs français, comme des étrangers.


Comme les autres secteurs, l'immobilier haut de gamme n'a pas échappé à la crise, notamment en mars lors du confinement. « C'est un marché différent, à forte composante internationale, explique Laurent Demeure, le président de Coldwell Banker, l'un des leaders mondiaux de l'immobilier de luxe et de prestige. Les déplacements n'étant pas possibles, peu de transactions se sont conclues à cette période. Mais si nous avons tourné au ralenti, nous avons cependant conservé le contact avec des acquéreurs en quête d'opportunités et nous avons maintenu une forte présence auprès de nos clients en nous appuyant notamment sur les technologies - comme les visites virtuelles ou des reportages vidéos - pour les aider à se projeter vers l'après. »

Une stratégie qui a payé puisque chez Coldwell Banker comme chez les autres réseaux du secteur, le rebond a eu lieu dès le déconfinement. « À fin juin, nous dépassions même les chiffres de 2019 en termes de promesses de vente », constate Laurent Demeure. Selon une étude menée par Seloger.com pour Belles Demeures, la confiance serait au rendez-vous pour trois futurs acquéreurs sur quatre, pour qui le moment serait bien choisi pour passer à l'action. La raison : « L'immobilier de luxe et la pierre de qualité sont devenus une valeur refuge, indique le président de Coldwell Banker. Beaucoup d'acquéreurs souhaitent voir leur patrimoine ou leurs investissements sécurisés, dans une conjoncture boursière incertaine (tout en profitant de taux d'intérêt extrêmement bas). »

GLISSEMENT DES DEMANDES

Mais cette appétence immobilière post-confinement est aussi directement liée au phénomène du confinement. « Beaucoup de dirigeants font maintenant le choix de plus de qualité de vie, de disposer d'un lieu permettant à la fois de travailler, mais aussi de se ressourcer, explique Laurent Demeure. Les demandes de biens – résidences principales ou secondaires - disposant de beaux espaces extérieurs ou d'une pièce dédiée au travail ont donc fortement augmenté. Quant au télétravail, il est devenu une réalité et une nécessité pour beaucoup qui font maintenant le choix de s'installer durablement hors des villes. » ... En particulier, si les destinations choisies bénéficient d'une bonne connexion Internet, qu'elles sont bien desservies et qu'elles restent proches de grandes métropoles ou de grands axes.

ZONES SOUS TENSION ET RÉGIONS EN ÉMERGENCE

Certaines régions ont donc plus que jamais la cote, comme la Côte d'Azur, le bassin d'Arcachon, la Côte basque, la Baule, le golfe du Morbihan, la Provence ou le Languedoc-Roussillon. Il ressort ainsi du Baromètre des prix de l'immobilier de prestige Belles Demeures que lors du confinement, les régions les plus recherchées (hors Île-de-France) étaient les régions PACA (24 %) et Rhône-Alpes (21 %), l'Aquitaine se hissant sur la troisième marche du podium. Mais d'autres destinations émergent, à l'instar de la vallée de la Loire, de La Rochelle ou de Perpignan. « Le marché y est plus abordable, on y trouve une qualité de vie et un environnement exceptionnel à la mer ou à la campagne, tout en étant proche de grands bassins économiques. »
Quant à l'Île-de-France, le charme persiste et elle attire encore tous les regards, notamment à Paris, où la demande reste très forte de la part des acquéreurs français comme des étrangers (54 % des visites de bien haut de gamme sur le territoire national). « La capitale française est une ville extrêmement sécurisée en termes d'investissements, la demande y restant supérieure à l'offre comparée à d'autres grandes capitales mondiales, affirme Laurent Demeure. Russes, Chinois, Belges, Allemands, Américains… quelle que soit la nationalité des investisseurs, Paris reste donc une des destinations mondiales les plus attractives et les plus recherchées. »

Rédaction | Marie Hérault
Photo | Michael Kroul on Unsplash

© 2020 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #76

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub