N°76
Sept./Oct. 2020
AILLEURS

Baléares : un investissement au paradis

#mode de vie #zoneEurope #investissement

Algarve

« Tout ce dont le poète et le peintre peuvent rêver, la nature l'a créé en cet endroit ». Ces mots, que George Sand rédigea il y a plus d'un siècle à propos de Majorque, sont encore d'actualité et décrivent toujours le charme fou distillé par la grande Baléare et les autres îles de l'archipel... où végétation luxuriante, villages intemporels et criques sauvages composent des paysages éblouissants. Et pour séduire les acheteurs, les Baléares disposent de bien d'autres atouts : sécurité, proximité, prix… Il est encore temps d'investir !

Les Espagnols les appellent les Caraïbes de la Méditerranée. Et pour cause, les eaux turquoise des quatre Baléares – Majorque, Minorque, Ibiza et Formentera - ne sont pas sans rappeler les rivages paradisiaques de ces îles lointaines… tout en profitant d'un emplacement stratégique, à moins de deux heures de l'ensemble des métropoles françaises. Ici, le soleil brille presque toute l'année et la qualité de vie est exceptionnelle. « C'est un environnement privilégié et sécurisé en termes d'investissement, indique Aurélie Pairault, directrice de l'agence minorquine J'achète en Espagne, la première franchise en Espagne dédiée à l'accompagnement immobilier Premium des francophones. C'est une des zones les plus prisées en Espagne, après Madrid et Barcelone. » Selon une étude récente de la banque BBVA, les étrangers représenteraient 30 % du marché immobilier. Il faut dire que même avec des prix parmi les plus élevés d'Espagne, ceux-ci restent encore raisonnables et moins cher de 20 à 30 % que sur la Côte d'Azur, le bassin d'Arcachon, la Corse, l'île de Ré, ou encore le Pays basque (particulièrement à Majorque et Minorque, les prix de Formentera et d'Ibiza se rapprochant de ceux de la Riviera française). Autre avantage : la taxe foncière est en moyenne 40 % moins chère et la taxe d'habitation, inexistante. Conséquence : « Il y a plus de demandes que d'offres... la tension immobilière est donc forcément présente. »

HAVRE DE PAIX ET SLOW LIFE

Ces investisseurs étrangers sont pour l'essentiel des couples d'actifs souhaitant trouver un pied-à-terre ou des couples/familles désirant s'installer durablement pour les aspects sécurisant et non stressant de l'archipel. « Leur réflexion est basée sur un changement de vie, en mode «slow life», explique Aurélie Pairault. Ils souhaitent retrouver un certain équilibre, tout en conservant leur travail et en profitant des activités nature les week-ends. » Dernier profil d'investisseurs : des couples un peu plus âgés recherchant un havre de paix dans une habitation typique (comme les fincas) et disposant d'un budget plus confortable, pouvant aller jusqu'à plusieurs millions. Et s'il est assez simple de trouver son bonheur, « Réaliser un investissement en étant seul est risqué, rappelle Aurélie Pairault. Car contrairement à la France, l'acquéreur (le comprador) n'est pas protégé par un ensemble de diagnostics immobiliers ou le délai de réflexion. Qui plus est, les compromis de vente (contrato de arras) ne font pas figurer de conditions suspensives (d'obtention de prêt ou de permis de construire, par exemple). » Pour éviter les pièges, il est donc fortement conseillé de se faire accompagner par une personne qualifiée, qui réside sur place toute l'année et qui saura guider l'acquéreur.

Bon à savoir, pour un investissement locatif, la rentabilité (pour une location à l'année) est beaucoup plus importante sur Majorque, Ibiza et Formentera (aux alentours des 10 %) que sur Minorque. « Cependant pour des villas ou appartements disposant d'une vue sur mer, d'une piscine et d'une licence touristique (permettant de louer en saisonnier), la rentabilité devient très intéressante. »

AMBIANCES ET PAYSAGES CONTRASTÉS

Côté recherche, à chaque île ses splendeurs : Formentera, la plus petite, est réputée pour son ambiance tranquille… à l'opposé de la réputation tapageuse de sa voisine Ibiza. Connue pour ses fêtes survoltées, cette dernière offre pourtant des décors de rêve dans sa partie nord. Comme ces deux îles sont très prisées, « Il est difficile d'y trouver un T2 (1 chambre) à moins de 200 000 € », explique Aurélie Pairault. Majorque, trop souvent réduite à son tourisme de masse, déploie pourtant des paysages et des ambiances contrastés selon les régions, des petites criques préservées et des villages où le temps semble suspendu. Le marché immobilier y est plus disparate, avec des prix élevés sur Palma de Mallorca et ses environs, de 3000 à 6000 € le m². La perle des Baléares, Minorque, est quant à elle encore relativement préservée. « Les prix y sont donc variés et peuvent aller de 1200 € le m² jusqu'à 7000 € le m². La différence se justifiera la plupart du temps par l'emplacement, comme toujours en immobilier. »

Rédaction | Marie Hérault, Photo | Matthieu Rodriguez

© 2020 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #76

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub