N°75
Juil./Août 2020
OPINION

La recherche perpétuelle de l'équilibre

MOTS CLES : #Différence #intermédiaire #equilibre

Le monde vit des moments troubles et instables. Avec le Covid-19, la situation s’est malheureusement aggravée.

Rédaction : Jean-François Buet

Les tensions entre gouvernements et citoyens, entre pays émergents et vieux continents, entre populations, sont encore plus fortes.
En période de crise ou de guerre les comportements sont toujours exacerbés et amplifiés.
Ainsi, les bénévoles, les soignants, les personnes bienveillantes au service des autres se rendent elles encore plus disponibles et plus corvéables. Les mal intentionnés le sont également encore plus.
Certains tirent profit de situations où d'autres souffrent déjà.
Un sentiment d'incompréhension, voire d'abandon, gagne les plus faibles, les plus exposés, les plus éloignés des centres de décision. Le phénomène « gilets jaunes » n'est pas seul. Les messages de nos dirigeants, en éprouvant régulièrement le besoin de se justifier, n'améliorent pas la bonne compréhension et passent mal.
Résultat : une défiance régulière de la part de nos administrés, de nos clients, de nos voisins. Comme en météo, le « ressenti » prend le pas sur le réel.
Seule la recherche d'un équilibre négocié et durable, permet d'éviter le goût amer de l'injustice. Nos métiers n'y échappent pas.
En copropriété, 80% des insatisfactions relèvent d'incompréhensions sur le rôle du syndic tel que défini par la loi de 1965. Le syndic n'est pas un médiateur entre voisins, il ne gère pas les parties privatives, il n'est ni plombier ni électricien. Les assemblées générales éludent trop vite les parties juridiques, comptables et administratives pour laisser place aux échanges sur les troubles de voisinage.
En gestion locative, les locataires donnent souvent une importance excessives à leurs droits et les bailleurs sont quelques fois exigeants au-delà du raisonnable.
Il en est de même en transaction pour les vendeurs qui surestiment souvent leur bien et les acquéreurs qui ont pour leur part, le sentiment d'acheter un bien avec trop de travaux... ! La défense de nos métiers de négociation passe par l'éducation et la pédagogie.
Notre mission passe par la nécessaire explication de la réalité par rapport au ressenti.

Buet

Le professionnel doit être encore plus professionnel, plus juste, plus transparent, plus crédible et plus fort sur ses valeurs d'éthique et de respect envers les uns et les autres.
Notre profession est par nature l'intermédiation.
C'est ce rôle d'intermédiaire qui nous oblige à la recherche perpétuelle de l'équilibre au service de chacune des parties dans le respect, l'écoute active pour bien comprendre, et la pédagogie pour expliquer. C'est ce qui en fait toute sa noblesse.
Ainsi, nous qui avons la chance de répondre à l'un des besoins essentiels de tout individu, avec la santé et le travail, nous qui avons la charge de loger nos concitoyens, nous devons être conscients de notre rôle et des attentes légitimes de nos clients.
Ceci justifie alors pourquoi notre rémunération est désormais constituée d'honoraires, car nous pratiquons une activité honorable. Finis les FAI, les HAI, ou les commissions qui doivent être bannis de notre langage comme de nos publicités conformément au décret 10 janvier 2017 mis en application depuis le 01 avril 2017. Obligeons-nous à prendre un peu de hauteur. Soyons les médecins du logement.
Arrêtons de « faire de l'immobilier », pour mieux « faire du logement ».
Il nous faut revenir aux fondamentaux.
La meilleure façon de faire face aux incertitudes voire aux idées reçues de nos clients, repose sur les repères et les fondamentaux qu'il nous appartient de rappeler.
Oui, nous sommes mandatés le plus souvent par les vendeurs, les bailleurs et les syndicats de copropriétaires. Néanmoins notre rémunération dépend également des acquéreurs, des locataires et des artisans, sans lesquels aucun accord, aucun contrat n'est conclu.
Dans cet esprit, les mandats, les compromis, les promesses, les baux, les contrats de syndic et les décisions d'assemblées générales seront le reflet d'un accord toujours équilibré au bénéfice de chacune des parties. Les honoraires deviennent alors la juste rémunération du travail réalisé en équité.
La loi Alur du 24 mars 2014 avait déjà rendu obligatoire le détail des prestations rendues aux locataires et aux syndicats de copropriétaires pour plus de transparence.
Seule cette perpétuelle recherche de l'équilibre, en nous invitant à une écoute active, nous permettra la fierté de réaliser des négociations justes et appréciées pour nos concitoyens.

© 2020 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #75

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub