N°74
Mai/Juin 2020

Sans surprise : avec la crise, les taux sont en hausse et les prêts en baisse

MOTS CLES : #taux #prets #immobilier

Si le volume des prêts immobiliers accordés est en baisse, les taux, en revanche, ont légèrement augmenté depuis le début de la crise sanitaire.

Journaliste : Franck Seguin

Comme d'autres secteurs, le marché immobilier subit de plein fouet la mise à l'arrêt du pays depuis le début de la crise sanitaire. Le constat est sans appel : les transactions ont lourdement chuté, tout comme les demandes de prêts. A l'inverse, depuis début avril, une hausse des taux d'intérêts des crédits immobiliers est observée. Pourquoi, alors que la demande de prêt est faible, les taux d'intérêt sont en hausse ? La réponse se trouve peut-être dans la concurrence qui est encore plus faible qu'avant la période de confinement. En effet, il y a encore quelques semaines, les banques et établissements financiers étaient obligés de proposer des crédits immobiliers à des taux et à des conditions favorables pour séduire de nouveaux clients. La concurrence était telle que les taux étaient très bas et les marges très faibles pour les acteurs bancaires. Inévitablement, cette crise sanitaire impacte l'économie et pousse les banques à se montrer plus prudentes. Et pour les banques, délivrer des crédits immobiliers, dans un contexte économique compliqué et délicat, est une prise de risque supplémentaire

Une baisse des prêts sans surprise

Pour rappel, les chiffres du mois de mars, délivrés par l'Observatoire Crédit Logement/CSA, n'ont réservé aucune surprise. Ce mois reflète parfaitement « l'ancien monde » dans sa première quinzaine et un autre dans le confinement avec de fortes perturbations. Ainsi, le recul des prêts accordés était de -13,9% au premier trimestre 2020 par rapport à la même période un an plus tôt. Preuve que ce coup de frein sur le marché est bien réel.

UNE FAIBLE HAUSSE DES TAUX

La hausse des taux observée depuis quelques semaines s'explique aussi par ces risques que les banques prennent en octroyant un crédit. En avril, les taux ont augmenté. A titre de comparaison, au début de l'année, en février 2020, le taux moyen d'un prêt immobilier sur 20 ans variait entre 1,15% et 1,20%. En avril, dans presque toutes les régions de France, ce taux moyen s'établissait à 1,30% pour un crédit de même durée. Cette hausse traduit une augmentation à deux vitesses : certains établissements, qui avaient déjà augmenté leurs taux début avril, effectuent de légères hausses entre 0,01% et 0,05%. En revanche, les autres, qui n'avaient pas fait évoluer leurs taux dès le début du confinement, les ont augmentés de 0,20%, 0,30% voire même de 0,50%.

PRÉPARER L'APRÈS-CONFINEMENT

Gérer l'après-confinement est, comme pour la majorité des autres secteurs, un enjeu crucial pour l'immobilier, à l'arrêt depuis mi-mars. En effet, comme les transactions bancaires ont baissé d'environ 80% et les demandes de prêts immobiliers d'au moins 75%, la première chose à faire sera de faire repartir la demande. Certaines banques, qui s'étaient essentiellement recentrées sur les dossiers prioritaires, ont repris sur la pointe des pieds leurs activités et commencent à peine à traiter de nouvelles demandes de prêts. Toutefois, les délais sont beaucoup plus longs qu'avant la crise sanitaire. Les conditions pour obtenir un prêt immobilier devraient être beaucoup plus strictes.

ASSOUPLIR LES RÈGLES ?

Pour inciter les consommateurs à s'engager après la crise et ainsi relancer le marché, les banques, tout comme les professionnels de l'immobilier souhaitent que les conditions d'accès à un prêt puissent s'assouplir, en commençant par réévaluer les conditions d'octroi d'un crédit immobilier imposées par le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF). Pour rappel, cette règlementation impose depuis janvier 2020 un taux d'endettement à 33% maximum et une durée maximale d'emprunt sur 25 ans. Et cette décision, très restrictive, avait été prise en début d'année, bien avant le confinement car le but du HCSF était de réduire les investissements immobiliers, qui venaient de connaître une envolée en 2019, en limitant l'accès au prêt immobilier en durcissant la réglementation.

© 2020 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #74

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub