N°74
Mai/Juin 2020

FNAIM : « Préparons l'après crise pour retravailler en confiance »

#covid19 #reprise #avenir

Trésorerie, reprise de l'activité, protocoles de sécurité... Pour la FNAIM, la sortie de crise se pense dès maintenant, avec la nécessité d'accompagner ses adhérents et de rassurer leurs clients. Jean-Marc Torrolion fait le point sur la situation de la fédération et du secteur immobilier, et se projette sur les enjeux de l'après-confinement.

Rédaction : Marie Herault

COMMENT SE DÉROULE LA GESTION DE LA CRISE COVID AU NIVEAU DE VOS ADHÉRENTS ?

Nous utilisons massivement les moyens mis à la disposition des entreprises : 71 % de nos adhérents ont ainsi recours au chômage partiel pour environ la moitié de leurs effectifs, notamment leurs forces commerciales. Le recours au fond de solidarité, reste assez faible pour le moment. En revanche, j'incite les entreprises à souscrire au PGE (prêt garanti par l'État à hauteur de 90 %) parce qu'il permet d'obtenir des facilités de trésorerie à hauteur de 25 % du chiffre d'affaires et qu'il est remboursable dans un an. Son utilité est évidente : il donne les moyens financiers à nos entreprises de pouvoir disposer d'un complément de trésorerie pour réamorcer l'activité. En parallèle, nous avons obtenu que les notaires accélèrent la signature des actes. Sur ce point d'ailleurs, nous constatons une nette amélioration.

COMMENT ACCOMPAGNEZ-VOUS VOS ENTREPRISES VERS LA REPRISE ?

Nous les avons fortement incités à profiter de cette période de confinement pour se former. Cela a été un véritable succès puisque plus de 2000 personnes se sont inscrites à des webinaires. Nous lançons également une nouvelle plateforme – FNAIM LEGAL by modelo - pour assister nos adhérents dans la rédaction et la signature de leurs compromis et de leurs promesses de vente. À travers ce nouvel outil inclus dans leur cotisation, ils deviennent entièrement autonomes dans la rédaction de leurs actes, et peuvent garder la totale maîtrise de leurs dossiers auprès de leurs clients sans être dépendants d'un tiers, une action déterminante pour l'avenir. Nous préparons aussi un dispositif d'accompagnement pour les 10 000 agents commerciaux de ces entreprises avec la mise à disposition de nombreux partenariats spécifiques comprenant notamment la possibilité de bénéficier de tarifs préférentiels pour la location d'un véhicule ou l'achat d'un ordinateur, pour souscrire une complémentaire santé, une prévoyance ou une assurance de responsabilité civile.
Enfin, la FNAIM a mis à la disposition de ses adhérents des protocoles de reprise d'activité. Notre objectif est que nos clients comme nos collaborateurs soient en sécurité lorsqu'ils utilisent nos services, au moment de l'accueil ou lors d'une visite ou d'un état des lieux, pour prendre des mandats en milieux occupés, réaliser des assemblées générales dans le cadre du déconfinement, etc. Ces recommandations ont été difficiles à énoncer, mais elles sont déterminantes pour la confiance envers les professionnels. Nous avons d'ailleurs proposé à l'UNIS de se joindre à ce travail, pour avoir des principes partagés par tous les professionnels

QUEL SERA SELON VOUS L'IMPACT DU COVID19 POUR LE SECTEUR IMMOBILIER ?

J'ai la sensation que l'activité de location va reprendre relativement vite. En effet, nous recevons déjà des demandes, nous réalisons aussi des contrats avec des visites virtuelles et des dossiers dématérialisés. C'est plus difficile d'avoir une vision sur le marché des transactions, même si celles que nous avons réalisées avant le confinement ont été menées à leur terme sans difficulté. Dans les mois à venir, il y aura sans doute une phase d'observation et d'attente où chacun tentera de mesurer la réalité de l'impact, notamment en matière d'emplois ou du degré de confiance à placer dans l'avenir. L'activité devrait réellement repartir vers l'automne. Les volumes baisseront sans doute, mais je ne serais pas aussi pessimiste que ceux qui évoquent un effondrement des prix. Nous ne sommes pas dans un contexte de bulle immobilière : un vendeur n'a pas l'obligation de vendre si les prix dépassent son seuil de résistance, il peut tout aussi bien attendre ou mettre son bien en location. Le marché dépendra aussi de la confiance des milieux bancaires dans notre secteur, avec sans doute un durcissement des conditions d'accès aux prêts, mais des taux qui devraient rester raisonnables.

DERNIÈREMENT, VOUS AVIEZ DEMANDÉ À TOUS LES ACTEURS DU SECTEUR DE RESTER MOBILISÉS POUR ASSURER LA CONTINUITÉ DE LA CHAÎNE IMMOBILIÈRE. LA SITUATION S'EST-ELLE AMÉLIORÉE AU NIVEAU DES SERVICES PUBLICS ?

Les directions régionales de la publicité foncière ont en effet rouvert. Quant aux consignes de l'État concernant la réouverture des services de l'urbanisme, elles ont été très fermes ; nous attendons aujourd'hui que ceux-ci accélèrent la mise en place des déclarations d'intention d'aliéner (DIA). Certaines communes jouent le jeu, mais nous lançons un appel aux autres maires de France. Ils doivent être à la hauteur et jouer leur rôle de service public.

MALGRÉ LE CONTEXTE, COMMENT ÉVOLUENT LES ADHÉSIONS ET LA DIFFUSION DU CADUCÉE VESTA ?

Nous avons, ce trimestre, battu un record avec le recrutement de 241 nouveaux adhérents. Il s'agit de notre meilleur taux d'adhésion depuis cinq ans. Cela prouve que le positionnement de la FNAIM est juste et que nous sommes reconnus comme étant utiles auprès de l'ensemble de nos entreprises adhérentes. Quant à Vesta, 2700 ont été livrés à la fin du mois d'avril et 10 à 12 caducées sont commandés chaque jour, ce qui totalise le nombre de commandes à plus de 5000. Le mouvement devrait encore s'accélérer à la fin du confinement, et je ne perds pas espoir que Julien Denormandie le consacre comme symbole de nos cartes professionnelles.

COMPTE TENU DE LA CRISE SANITAIRE, QU'EN EST-IL DU CONGRÈS 2020 ?

Je confirme qu'il n'est pas annulé et qu'il se déroulera bien les 24 et 25 novembre prochains. Aujourd'hui, nous sommes au même niveau de réservations que l'année dernière à la même époque, c'est la preuve que les acteurs de l'immobilier nous font confiance. Et malgré le contexte actuel, nous espérons battre le nombre de visiteurs grâce à une édition hors du commun avec une forme plus originale des plénières et de nouveaux invités collant mieux à nos réalités. Nous proposerons ainsi une plénière sur les nouvelles formes d'entreprises et l'intervention d'ONG sur la rénovation énergétique ou sur la responsabilité sociale et environnementale. L'idée est de bouger les lignes en nous amenant à avoir une dynamique de débat enrichie. Nous espérons bien sûr la venue du ministre du Logement et de la secrétaire d'État à l'Écologie ; mais aussi d'invités plus iconoclastes.

OÙ EN EST VOTRE PROJET DE FUSIONNER OU DE COLLABORER ENCORE PLUS ACTIVEMENT AVEC L'UNIS ? ENVISAGEZ-VOUS LA CRÉATION D'UNE SEULE ENTITÉ ?

La FNAIM et l'UNIS ont entamé un tour de France commun que le contexte ne nous a pas permis de totalement achever. Nous en aurons néanmoins bientôt la synthèse et nous espérons avoir jeté les bases d'un projet que nous pourrons révéler à la fin du mois de juin. À ce jour, je peux seulement dire que nous souhaitons peser davantage dans le débat public, comme nous avons pu le faire à l'occasion de la réforme de la copropriété. Ensemble, notre impact sera encore plus fort vis-à-vis du politique.

© 2020 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #74

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub