Nį57
Juil/Août 2017

Italie, des investisseurs en quête d'idéal

MOTS CLES : Résidence secondaire | Investissement| Flat-tax

Italie, des investisseurs en quête d'idéal

Considérée comme un des plus beaux pays au monde, l'Italie semble parée de tous les charmes : climat, douceur de vivre, hospitalité, gastronomie, patrimoine historique et culturel exponentiel... Tout y est bon et beau. Mieux, le marché immobilier y offre encore des possibilités à prix très abordables tout en bénéficiant de nombreux avantages fiscaux. Pas étonnant que les investisseurs internationaux se tournent vers elle et qu'elle séduise bien au-delà de ses frontières.

Journaliste : Marie Hérault

Après la crise économique de 2008 et une période de souffrance, l'heure est à la reprise pour le marché immobilier italien, même si du côté des investisseurs étrangers – Allemands, Américains, Anglais et Français principalement - le pays n'a jamais vraiment vu la demande se tarir. Il faut dire que l'immobilier italien prêche le plus souvent des clients hautement convaincus ! « Nos clients sont des amoureux de l'Italie, commente Simon Rossi, Managing Director de Gate-away.com, un portail d'experts réservés aux agents immobiliers ou aux particuliers souhaitant vendre ou investir en résidence secondaire en Italie. Profondément motivés dans leurs recherches, ils entendent trouver l'endroit idéal pour s'établir au moins six mois par an. Ils estiment que la qualité de vie y est supérieure. Pour eux, la nature, le climat, l'art, la culture et l'oenogastronomie sont des éléments déterminants. » En tête des demandes : la Lombardie, la Toscane, la Ligurie, les Pouilles et la Sardaigne. Mais d'autres régions, plus reculées, moins touristiques ou encore préservées commencent à connaître, elles aussi, le succès : « La tendance à s'intéresser aux zones moins renommées est désormais consolidée, note Simon Rossi. Cela se produit également au coeur des régions les plus populaires et en vogue telle que la Toscane. La Lunigiane, qui se situe au nord de la région, a beaucoup à offrir, à un prix certainement inférieur à la région du Chianti. Les Abruzzes et les Marches, suivies par le Molise et la Basilicate bénéficient également, et à juste titre, de cette tendance. »

Pour tous les budgets

Quant aux prix, l'Italie offre des opportunités d'investissement ultra diversifiées et permet de satisfaire tous les budgets, qu'il s'agisse d'un investissement locatif ou d'un pied-à-terre pour les vacances. Les clients en recherche d'une maison indépendante d'au moins 100 m² et ayant un budget de 250 000 € concentrent plus de 66% des demandes, mais « Il n'est pas rare de trouver des maisons de bourg en parfait état à des prix inférieurs à 40 000 € même dans des régions très demandées, indique Simon Rossi. Cela représente un avantage concurrentiel important. D'autant que nous n'avons pas subi la bulle immobilière qui a frappé d'autres pays de manière un peu plus marquée. Pour la même raison, les fluctuations des prix n'ont pas été si importantes dans le temps... cela signifie qu'un investissement immobilier en Italie a un risque plus faible de dévaluation par rapport à d'autres pays. »

Paradis fiscal pour millionnaires ?

Autre bonne raison d'investir en Italie : sa fiscalité, intéressante pour qui souhaite devenir résident et qui bénéficierait alors de tous les avantages et allégements de n'importe quel citoyen italien pour l'achat de sa première maison (baisse d'impôts lors de l'achat, taxe foncière inexistante sur la résidence principale pour certains types de biens, allégements pour certaines réhabilitations, notamment antisismiques).

Pour les étrangers appartenant au club très fermé des High Net Worth Individuals (à savoir, les millionnaires), la flat-tax pourrait bien les inciter à l'achat de propriétés luxueuses (qui concentrent 15% des demandes). Décidée en mars dernier et prévue pour la loi de finances de 2017, cette mesure vient concurrencer le Royaume-Uni ou l'Espagne où elle a déjà été promulguée. Seule condition pour en bénéficier : ne pas avoir fait de déclarations fiscales en Italie au cours des neuf dernières années. « Les supers riches qui souhaiteront devenir citoyens italiens paieront un impôt unique de 100 000 € pour les revenus générés à l'étranger, explique Simon Rossi. Une clause permet également d'installer la résidence fiscale de leurs proches pour la modique somme de 25 000 € par personne. Un renouvellement tacite sera prévu chaque année pour un maximum de 15 ans. » Et de cette manière donner toute sa mesure – à ceux qui le peuvent - à la douceur de vivre italienne, même dans les quartiers les plus chers des villes les plus prisées. A Rome, dans les quartiers de la Piazza di Spagna ou la Via del Babuino, le mètre carré des bâtiments historiques peut se négocier jusqu'à 20 000 €. Quant aux beaux appartements vénitiens en bord de rive, il faudra compter jusqu'à 15 000 €/m². Mais la Dolce Vita n'a pas de prix...

© 2016 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #57

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :

*

*


*


Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le Nį 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - B‚timent BÍta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub