« C'est le temps : grands écarts sur le marché immobilier »

Tribune Septembre 2008

Fabrice Abraham - Century21

« Aujourd'hui le marché immobilier est plus complexe, plus difficile à appréhender, ce qui représente pour nous une opportunité de se démarquer des autres prestataires. Nous analysons cette situation comme le temps des grands écarts. Depuis un an, nous entrons dans une période d'ajustement du marché, qui pour l'heure ne fait que tester ses limites de résistance. En observant l'évolution des prix moyens du mètre carré à l'échelle nationale, on pourrait hâtivement conclure à une stabilisation des prix, tout juste calée sur la pente de l'inflation. Prenons deux exemples : le prix du m² individuel pour les maisons est aujourd'hui en moyenne de 2 128 €, soit +2 % en un an. Le prix du m² collectif atteint, lui, 3177 €, soit -0,44 % depuis un an. Mais le premier grand écart que nous constatons se situe entre les régions, où les disparités n'ont jamais été aussi importantes. Pour les maisons, nous passons ainsi de +7 % pour la région Centre à -5 % pour les Yvelines. Pour les appartements, nous passons de + 8 % dans le Val d'Oise à -12 % en Basse-Normandie. Et à l'intérieur même de chaque région les écarts se creusent entre les centres villes, où les prix résistent, voire restent orientés à la hausse, et les banlieues, où les prix accusent des baisses atteignant souvent 10 %.

Un triple impact

Ce phénomène de baisse ou de hausse des prix selon la région a trois impacts. Le premier est celui d'un resserrement des critères d'octroi des prêts par les banques. Deuxième effet : la hausse des taux de crédit qui, en un an seulement, a désolvabilisé un ménage de 20 000 € dans sa capacité d'emprunt. La disparité des prix entre les régions se traduit enfin par le renchérissement des prix des carburants. Les CSP comme les employés ouvriers et les cadres s'éloignent moins volontiers des centres villes car le trajet entre le domicile et le travail est trop coûteux, alors que les mêmes cherchaient à s'éloigner des centres villes proportionnellement à la flambée des prix. Face à cette situation, l'agent immobilier doit retenir l'attention du propriétaire pour qu'il vende à un prix raisonnable, faute de quoi il ne vendra pas. A cause d'un écart important entre les aspirations des vendeurs et le budget des acquéreurs, nous assistons aujourd'hui à une augmentation des stocks de biens à vendre.

De nouveaux défis pour l'agent immobilier

Sur un marché en profonde mutation, les prochaines années seront celles de nombreux défis. Les exigences de nos clients face à une offre large et complexe nous obligent à encore plus de professionnalisme. L'agence immobilière doit à présent, d'une part, proposer tous les métiers de l'immobilier (transaction, location, gestion locative, syndic de copropriété, vente de neuf, cession de fonds de commerce, immobilier d'entreprise…) et, d'autre part, diversifier ses services à des conditions préférentielles. Je pense notamment au financement et à l'assurance mais aussi aux services liés à la personne. Le contenu d'une offre diversifiée enrichie et une valeur ajoutée apportée aux clients accrue, nous semblent à la fois une nécessité économique pour nos entreprises et une formidable opportunité d'épanouissement professionnel pour chacun. Les nouveaux paramètres de notre marché immobilier nous y aideront ! "

© 2008 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Information de l'immobilier Expression #4

Version .pdfWebmagazine
pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :

*

*


*


Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub