N°30
Janv/Fév 2013

Bernard Cadeau, président d'ORPI

 

Bernard Cadeau

«Notre rôle est de donner des prix de marché justes afin de remplir notre mission qui est de rapprocher vendeurs et acquéreurs»
Bernard Cadeau,
Président d'ORPI

C'est lors de la conférence de presse, donnée le 9 janvier dernier, que Bernard Cadeau, Président d'Orpi, a exposé le nouveau programme intitulé « Revisitons les prix ».

Des constats de 2012, Bernard Cadeau en a tiré les leçons, ainsi qu'un programme. Après être revenu sur le contexte morose dans lequel le secteur immobilier a dû évoluer tout au long de l'année 2012, le Président d'Orpi a exposé sa vision et les perspectives d'actions de son réseau afin de débloquer le marché. « Pour sortir de l'impasse dans laquelle nous nous trouvons actuellement, en attendant la construction massive de logements, seul remède durable à la crise du marché immobilier, les prix doivent baisser de 5 à 15 % », a-t-il annoncé.

Constats et faits marquants pour 2012

L'état du marché immobilier français en 2012 a été révélateur de l'écart existant entre d'un côté des vendeurs, alignant des prix fantaisistes, trop élevés, déconnectés de la valeur réelle de leur bien et des évolutions du marché, et de l'autre des acquéreurs en perte de pouvoir d'achat. Or, loin de s'estomper, le différentiel se creuse et a atteint une moyenne de -15 %, sur l'ensemble de l'année, entre le prix souhaité d'une maison et son prix de vente réel. Pour Bernard Cadeau, le constat est alarmant : l'envolée des prix de l'immobilier en France a atteint le maximum acceptable et les acquéreurs sont obligés d'attendre que les vendeurs reviennent à des prix raisonnables.

Ceci a pour conséquence d'allonger considérablement les délais de vente, qui connaissent actuellement leur record historique (plus de 100 jours en moyenne pour réaliser une transaction, contre 70 jours en 2011), le tout dans un contexte économique difficile, où le prix moyen des logements a augmenté, sur dix ans, trois fois plus que le revenu brut des ménages. Ajoutons l'augmentation considérable de l'apport personnel exigé par les banques pour toute acquisition. Résultat : malgré des taux d'emprunt extraordinairement bas, le nombre d'acquisitions a été en chute de plus de 20 % en 2012 (et de 16 % sur le réseau Orpi). Ces multiples facteurs nuisent à l'état du marché et mettent en lumière le rôle véritablement fondamental de l'agent immobilier, intervenant pour faire baisser les prix ou faire prendre conscience au vendeur de l'état réel du marché. Le Président d'Orpi estime en effet que, pour rendre à nouveau possibles les transactions et faire repartir un marché bloqué, c'est au sein des réseaux d'agences que l'action doit être engagée.

Fluidifier l'accès à la propriété

C'est le programme phare que s'est fixé Bernard Cadeau. Comme levier, il explique qu'il faudra nécessairement faire baisser les prix de l'immobilier, de 5 à 15 % selon les régions, afin de les ajuster à un pouvoir d'achat plus faible en 2013. Le programme « Revisitons les prix » se veut une réponse concrète pour redynamiser le marché : au premier trimestre 2013 et dans les 1 250 agences du réseau Orpi, les agents s'apprêtent à rencontrer individuellement les vendeurs concernés par un ajustement de prix, et à travailler avec eux à la revalorisation de leur bien en tenant compte du fait que le pouvoir d'achat immobilier des ménages a chuté de 15 à 20 % en deux ans. « Si l'on veut débloquer le marché, il faut ramener les vendeurs à la raison. Notre rôle est de donner des prix de marché justes afin de remplir notre mission qui est de rapprocher vendeurs et acquéreurs », a-t-il déclaré. Au centre de ces rencontres " pédagogiques " seront évoquées l'actualisation des prix, l'estimation à un instant « T », l'analyse des tendances actuelles du marché immobilier et la comparaison des biens à la vente avec les biens récemment vendus. Concrètement, cette initiative, testée à Bordeaux au second semestre 2012, a révélé le bien fondé de la stratégie : faire baisser les prix au m² de 3 % a entraîné une réduction des délais de vente de 17 %, et généré une augmentation des transactions de 20 % sur la période. « Que les vendeurs ne se méprennent pas, il ont tout à y gagner » précise cependant Bernard Cadeau, qui se veut rassurant et rappelle à ce titre qu'entre 1998 et 2007, les prix immobiliers ont progressé, six fois plus que l'inflation constatée. Ainsi, « même en revoyant leurs prétentions à la baisse, quelle que soit la date à laquelle ils ont acheté, économiquement, aujourd'hui, les vendeurs restent gagnants.»

© 2013 acheter-louer.fr, Toute reproduction même partielle est strictement interdite

Expression #30

Version .pdfWebmagazine

Autres Numéros Expression

pub

Recevez la newsletter Expression

merci de remplir le formulaire d'abonnement :



*



Valider votre inscription
Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification ou de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, merci de contacter par courrier la société Acheter-Louer.fr, enregistrée à la CNIL sous le N° 1328464 : Parc Technopolis - Zone d'activité Courtabœuf - Bâtiment Bêta 1 - 3 avenue du Canada - 91940 les Ulis
* champs obligatoires
pub